Grand Maître Yip Yu-Ting

par Grand Maître Chi-Hung Marr*

Le système de Kung Fu Shaolin du Nord, connu sous le nom de My Jhong, est l’héritage du clan Foh, et donc également connu sous le nom de « Foh’s Fist ». Au début du 20e siècle, ce style avait été enseigné pendant sept générations, et vibrait alors par l’entremise de l’un de ses plus célèbres représentants : Foh Yuan-Chia (ou Huo Yuanjia), fondateur de l’école Chin Woo (ou Jingwu), personnifié par Jet Li dans le film inspiré de sa vie « Fearless » (le Maître d’Armes, 2006).

Comme les autres styles de Kung Fu du Nord (Tan Tui, Erh Long, Fan Tze, Pa Kua, Cha Tsuan et Tai Chi), le My Jhong appartient à l’école des « Longs Poings ». L’efficacité, et donc la pérennité de l’école My Jhong, réside dans la rapidité et la précision de ses mouvements qui, précipités en attaque, obligent ses adversaires à se concentrer sur leur défense plutôt que sur l’attaque.

Le style My Jhong Law Horn remonte à des temps immémoriaux. Son origine a été retracée à Chuong Hsien et Nan Pei (province de Hopei, dans le nord de la Chine). On y trouvait de nombreux adeptes où les enseignants et les élèves chérissaient cet art et le gardaient pour eux. Patrimoine familial, il a donc rarement été enseigné à des étrangers. Grand Maître Yip Yu-Ting fut le premier à révéler et enseigner cet art aux habitants du sud de la Chine. L’un des rares véritables grands maîtres du début du siècle dernier, il était célèbre pour ses capacités de combat et de saut : il pouvait ainsi sauter par-dessus deux tables de ping-pong et, dans ses premiers jours d’entraînement, il s’emparait souvent de la queue d’un cheval et courait avec lui.

Yip Yu-Ting, alias Yeh Chuk-Chuan, est originaire de Chuong Hsien. Né en 1892, à l’époque de l’empereur Kwang Shi (ou Guangxu, dynastie Qing), son père commença à lui enseigner l’héritage familial, le My Jhong Law Horn, à ses sept ans. À quatorze ans, ayant déjà développé une grande polyvalence de son corps et de ses membres, on l’envoya parfaire ses compétences My Jhong Law Horn sous l’égide d’un grand maître, son oncle Yip Shai-Tsun. Doté d’une grande intelligence et d’un dévouement sans faille qui faisait de la pratique de cet art une préoccupation de chaque instant, de jour comme de nuit, il gagna les faveurs de son Sifu. Intensément satisfait d’avoir trouvé un successeur, le vieil homme enseigna sans réserve à Sifu Yip toutes ses connaissances en quelques années.

À 20 ans, Sifu Yip commença à enseigner les arts martiaux dans sa ville natale de Chuong Hsien et dans le comté voisin de Nan Pei. À 24 ans, sur les instructions de son Sifu, il devint le Chef des Gardes du Service de Sécurité de la Porte Est (« All Victory Security Service »). À cette époque, avec l’effondrement de la dynastie Qing, la Chine se voyait divisée et fragmentée par des seigneurs de guerre. Les guerres civiles étaient fréquentes, et dans tout le nord-est du pays, à l’intérieur et au-delà de la Grande Muraille, les bandits se répandaient comme la peste. Ils volaient partout, pillant et faisant des ravages avec une ardeur inégalée.

Sifu Yip agissait comme l’un des gardes du corps chargés d’escorter les caravanes de marchands. Le considérant comme un jeune homme inexpérimenté et prétentieux, une vingtaine de brigands tentèrent de s’emparer du chargement. Sa maîtrise du My Jhong Law Horn les firent rapidement fuir, et il leur fallut peu de temps pour comprendre qu’il valait mieux s’enfuir à la vue de la bannière « All Victory Security Service », et la simple mention du nom de Sifu Yip suffisait à vider les rangs des bandes de malfaiteurs.

Après la mort du propriétaire du All Victory Security Service et la diminution des vols de grand chemin, Sifu Yip se lassa de son travail. Le général Huang Wei-Hsin (ou Wang Huai-Qing) de Pékin (Beijing) réorganisait alors ses troupes pour combattre le seigneur de guerre du Nord. Il était déterminé à faire des arts martiaux une partie de l’entraînement de l’armée, et lorsqu’il entendit parler de Sifu Yip, il s’assura ses services en tant qu’instructeur en chef des arts martiaux de la Première compagnie. Sifu Yip reçut trois promotions en l’espace de trois ans, puis demeurera à son poste pendant sept autres années.

À la démission du général Huang, c’est le général Chang Hsieh-Liang (Zhang Xue-Liang) qui prit le commandement des forces de défense de la capitale. Après trois ans sous ses ordres, Sifu Yip démissionna à son tour, à la mort de sa mère (la tradition exige aux fils de retourner au domicile familial et d’observer un deuil de trois ans). Courtisé par le général Chang Chung-Chuang de l’armée provinciale de Shandong, Sifu Yip fut ensuite nommé instructeur de l’armée. Après avoir servi deux ans, il démissionna à la mort du général et émigra seul vers le sud, à Shanghai.

En 1932, à l’âge de 40 ans, il s’allia à l’Association athlétique Shaolin Centrale Chin Woo, s’entraînant sous la direction de Maître Zhao Lian Il. Pendant la guerre sino-japonaise (1937-45), Maître Yip fut invité à Hong Kong pour donner des cours d’arts martiaux au sein de l’Association athlétique de Chine du Sud.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Sifu Yip s’installa à Guongzhou Wan, situé à 242 miles nautiques au sud-ouest de Hong Kong, où il a enseigné au Cosmopolitan Lion Dance Institute et au Sze Yeng New Martial Arts Center. Après la guerre, les membres de l’Association athlétique de la Chine du Sud l’invitèrent à réintégrer son poste à Hong Kong. Ému par leur sérieux, Sifu Yip y retourna et occupa le poste d’instructeur en chef de la classe de Shaolin pendant près de trente ans, formant ainsi une multitude d’étudiants.

Après une brève maladie, il meurt à l’âge de 70 ans, en décembre 1962, entouré de ses élèves aux cœurs brisés. Il est enterré au cimetière chinois permanent de Tsuen Wan.

La mort de Sifu Yip n’a pas marqué sa fin pour la postérité. Parmi ses disciples dévoués figurent notamment Chi-Hung Marr, Johnny Kwong Ming Lee et Raymond Wong qui, avec leurs élèves, ont depuis assumé fièrement la responsabilité de propager l’art du My Jhong Law Horn dans leur pays et à l’étranger. Pour se rappeler une tâche aussi importante, ils ont exposé dans les salles d’entraînement de leurs écoles de Kung Fu deux parchemins flanquant le portrait du Grand Maître, un couplet sur lequel on peut lire :

Les cinq continents sont en ébullition;

Tigres et monstres attendent

D’être conquis par Law Horn

Qu’il n’y ait pas de diversion du chemin principal;

Répandre l’art et défendre la cause

Sont les devoirs des Maîtres My Jhong

 

* Chi-Hung Marr faisait partie des 4 principaux disciples de Grand Maître Yip pendant son séjour à Hong Kong (Grand Maître Johnny Lee étant également membre de ce quatuor « in the room students »). C.H. Marr continua à enseigner les cours de l’Association Jing Wu de Hong Kong et devint l’un des meilleurs combattants de tournoi de Hong Kong. Il s’installa à Toronto en 1986.

Niveaux des cours

Débutant

Première expérience,
Retour à l'entraînement,
Nouvel art martial...
C'est pour vous!

Intermédiaire

Vous avez fait une session avec nous,
Vous connaissez les deux premières formes,
On vous a invité à joindre ce groupe!

On solidifie les acquis,
Et un Univers de connaissances s'offre à vous!

Avancé

On pousse encore plus loin la machine!
Et avec humilité,
On comprend qu'on ne fait que commencer...

Pour nous joindre

2020-2022©
Kung Fu Baì Long Daò – Kung Fu BLD – Kung fu Bai Long Dao – École d’arts martiaux Bai Long Dao – Tai Chi – Qi Gong

Suivez-nous sur Facebook!